Mes conseils bien être

Régulièrement venez retouver mon nouveau conseil.

Décembre 2018

Les chiens d’intervention


Ils sont utilisés pour différentes fonctions :

  • la recherche d'explosifs, de stupéfiants, de personnes.
  • le sauvetage (recherche de personnes victimes de noyade ou prises sous une avalanche, des décombres)...
  • la défense.

Les grands chiens de berger ou certains chiens de chasse, le berger allemand, les bergers belges , le berger de Beauce... sont les races canines les plus connues pour effectuer ces missions, en fonction de leurs qualités morphologiques et leurs aptitudes physiques ou olfactives.

Les chiens policiers

Si la plupart des chiens policiers sont des bergers allemands ou belges, d'autres races peuvent être utilisées par la police, la douane ou la gendarmerie, comme le dogue, le doberman, le rottweiler, le labrador... et même le caniche ! En effet, il n'est pas nécessaire d'avoir une carrure imposante, car le critère essentiel est de posséder un super odorat.

Mais mieux vaut tout de même avoir de bonnes aptitudes physiques pour pouvoir se défendre, ou sauver son maître en cas de danger. Côté caractère, les chiens policiers sont intelligents, obéissants et courageux, ceux partant sur le terrain pour des missions dangereuses devant également être silencieux et rapides.

Avant de devenir policiers, les chiens sont présélectionnés dans des élevages de la SPA ou chez des particuliers. Entre un et deux ans, ils partent dans un centre spécialisé, à Cannes-Écluse (77) pour la police, tandis que celui de la gendarmerie se situe à Gramat (46).

Les chiens passent une visite médicale pour vérifier qu'ils ont le physique et le tempérament souhaités. Jugés aptes, ils sont formés par des instructeurs qui leur apprennent leurs futures missions. Cette phase d'apprentissage dure six mois environ. Les animaux rencontrent ensuite leurs "équipiers".

Le chien et l'humain apprennent à se comprendre et à se faire confiance en toutes circonstances. Ils travailleront ensemble jusqu'à ce que le chien ait huit ans et parte alors à la retraite. Chaque chien policier a sa spécialité, certains ayant pour objectif de rechercher des stupéfiants, des explosifs, de faux billets de banque ou même des armes.

Les chiens de sauvetage

Chiens d’intervention également, ils sont utilisés pour sauver des personnes des noyades, prises sous des décombres ou ensevelies sous la neige.

Berger allemand ou malinois assurent en montagne, tandis que terre-neuve, labrador retriever et golden retriever pratiquent en mer et dans les régions difficiles d'accès. Les capacités olfactives et auditives de ces chiens sont très développées (ils ont 15 fois plus de cellules olfactives qu’un homme).

Ainsi, ces chiens pisteurs suivent une odeur à la trace en reniflant le sol, les chiens de Saint-Hubert, notamment, pouvant distinguer des odeurs vieilles de plusieurs jours grâce à leur truffe !

La complicité entre le chien et son maître est indispensable. Le chien qui a trouvé quelque chose se met à aboyer, remuer la queue et à gratter la neige, l’homme prenant la suite. Il y a en France environ 300 chiens d’avalanches.

Les chiens de détection

Ces chiens d’intervention sont dressés pour signaler la présence de différentes matières (explosifs, armes, produits stupéfiants ou inflammables) ou également de personnes (restes humains, personnes disparues).

Les races les plus communes dans ce genre de travail (police, gendarmerie, douane ou sécurité privée) sont des chiens de chasse comme le labrador ou des chiens de berger, comme le malinois ou le berger allemand.

Le dressage des chiens de détection repose sur deux principes : faire plaisir à son maître et jouer. De ce fait, le chien ne « travaille » jamais, il joue !

La relation entre le maître et le chien est également très importante, chacun devant pouvoir compter sur l'autre. Le chien de détection n'est pas un animal de compagnie, certaines règles lui sont strictement appliquées.

Tout bon dressage commence donc par l'obéissance. Il y va de la qualité du travail mais aussi de la sécurité de l'équipe « maître-chien ».

Si la réaction demandée est différente par rapport au produit à détecter (action de grattage pour les stupéfiants, « assis » ou « couché » pour les explosifs), le principe de dressage est le même ; le chien doit identifier l'odeur à « son » jouet, l'odeur signifiant que son jouet est présent et que, s'il veut en profiter, il faut le signaler à son maître. Il s'agit donc pour le chien d'un conditionnement : détection, réaction, récompense, comme un jeu ...

Vrai-Faux ?

Testez les connaissances de vos enfants en leur demandant si ces affirmations sont vraies ou fausses.

  • 1. Les chiens policiers peuvent recevoir des médailles.
  • 2. Les machines sont meilleures que les chiens pour reconnaître les odeurs.
  • 3. Les chiens policiers doivent faire du sport régulièrement.

Réponses :

  • 1. Vrai, lorsqu'ils jouent un rôle très important dans une mission, ils reçoivent, comme les humains, une médaille d'honneur en remerciement.
  • 2. Faux, même les robots les plus doués ne peuvent pas battre l’odorat du meilleur ami de l'homme.
  • 3. Vrai, ils s'entraînent plusieurs fois par semaine pour rester en forme.

Novembre 2018

Le chien guide d’aveugle


Un chien guide d'aveugle est utilisé par un déficient visuel pour faciliter sa vie quotidienne et notamment ses déplacements. Ces chiens sont formés dans des écoles spécialisées avant d’être remis gratuitement à leur futur maître.

Ainsi, l'homme a toujours compris que le chien pouvait lui être d'une aide précieuse. Montaigne, lui-même, en témoignait à son époque : « Je remarque avec admiration cet 'effect' des chiens 'dequoy' se servent les aveugles, aux champs et aux villes. Je me suis pris garde comme ils s'arrêtent à certaines portes d'où ils sont accoutumés, comme ils évitent le choc des coches et des charrettes, alors même que pour leur regard, ils ont assez de place pour leur passage. »

Historiquement, le premier centre de formation de chiens guides d'aveugles est né en Allemagne en 1915, pour faciliter la vie des invalides de guerre. Mais c'est à un Roubaisien aimant les chiens, Paul Corteville, ouvrier textile, que l’on doit la mise en place de ces chiens guides en France.

Au cours de vacances en Normandie, en 1951, Paul se lie d’amitié avec une personne malvoyante. Ayant entendu parler d'expériences aux Etats-Unis, Paul Corteville se dit qu'il peut former tout seul un chien guide d'aveugle.

Pendant un an, il met au point une technique de dressage expérimentale, offrant en 1952 à son nouvel ami ... « Dickie », première chienne guide de France.

La formation du chiot

Les écoles sélectionnent des chiens de bon pedigree pour servir de parents aux chiots qui naissent dans les nurseries des écoles mêmes ou dans des centres d'élevage.

Ces chiots sont gardés pendant deux mois dans la nurserie, près de leur mère, tout en étant « manipulés » afin de les habituer à l'homme.

Ils peuvent écouter des enregistrements de bruits de la vie courante (sons de voitures, klaxons, crissements, claquements, sifflements ...) afin de leur enlever toute crainte et surtout celle de l'homme.

Le chiot doit donc être à l'aise dans n'importe quelle situation.

La famille d'accueil

Passés ces deux mois, le chiot est ensuite placé en famille d'accueil.

Là, il reçoit une bonne éducation : obéissance, savoir-vivre et apprentissage du vocabulaire « assis », « debout », « couché »...

Ces quelques mois sont importants pour le développement psychologique du chien.

Un suivi régulier est effectué par les éducateurs afin de corriger toutes erreurs éventuelles. Dès six mois, le jeune chien va régulièrement à l'école (stages progressifs) et à un an, il retourne à l'école pour son instruction, la séparation avec la famille d’accueil étant souvent difficile.

L’éducation

À l'école, son éducation spécifique commence : obéissance, évitement des obstacles, cheminement sur les trottoirs, les routes de campagne, passages piétons, portes, escaliers, utilisation des transports en commun ...

Le chien travaille environ six mois avec un instructeur unique, qui éduque en simultané trois à quatre autres chiens.

Le parcours d’obstacles est la partie la plus impressionnante de l’éducation du chien. Concernant l’évitement, le chien doit non seulement passer à côté d’objets de la vie courante (bornes, piliers) mais ne pas oublier qu’il est accompagné d’un maître qui doit, lui aussi, franchir l’obstacle.

Ainsi, le chien doit éviter des obstacles en hauteur qui ne le dérangent pas, tels que des branches d’arbres. Il doit aussi savoir, par exemple, se coucher devant un grand danger (un fossé profond) ou chercher des passages piétons en les indiquant à son maître.

Le futur 'guide' doit apprendre à obéir à son maître et à maîtriser ses envies : ainsi, il apprendra le sens des mots « droite » et « gauche » ainsi que « au pied », mais aussi à ne pas s’arrêter devant un morceau de viande ou à rapporter un objet tombé à terre ...

L’équipe chien guide

La personne aveugle à qui l’on remet le chien doit avoir un train de vie compatible avec celui d’un chien pour se voir remettre un tel animal.

En effet, elle doit être relativement dynamique afin que le chien puisse sortir régulièrement et il faut qu’elle soit suffisamment indépendante, pour qu’en cas d’indisponibilité de son chien, elle soit capable de se déplacer seule.

L'éducateur accompagne la nouvelle équipe « maître et chien guide » au cours d'un stage de deux semaines (école et domicile du nouveau maître).

Adaptation du chien à son nouveau maître, à son quotidien et à ses parcours et du maître à son nouveau compagnon de vie et de route.

En moyenne, la « vie active » du chien guide dure entre huit et dix ans.

Principales races

En France, le labrador retriever, le golden retriever, le flat-coated retriever et le berger allemand sont les races les plus répandues. (Parfois également utilisés le berger de Beauce et le berger blanc suisse).

Le retriever du Labrador, appelé aussi labrador retriever est une race de chien originaire du Royaume-Uni.

C’est un chien de taille moyenne, à l’allure ronde et robuste, de couleur entièrement jaune, marron ou noire. Issu du chien de Saint-John, la race a été importée puis développée au Royaume-Uni à partir du 19ème siècle.

Chien esthétique et athlétique, son caractère exceptionnel en fait un compagnon idéal. Sportif et joueur, il aime la compagnie des enfants. Son énergie n’est jamais source de risques ou d’agressivité, mais elle est toujours tournée vers le partage de caresses, de jeux et d’émotions.

Le golden retriever est connu pour sa compagnie agréable et sa dévotion, mais il recèle de nombreuses autres qualités !

C’est un chien réputé pour être doux et gentil, qui jouit d’un engouement populaire dans les pays anglo-saxons. Chien harmonieux et puissant, il est de constitution robuste, à l’expression empreinte de douceur.

La tête présente un stop marqué, une truffe noire, des oreilles pendantes de taille moyenne. Sa fourrure est épaisse et soyeuse, le poil est plat ou ondulé, avec des franges.

Le berger allemand est une race de chiens tirant son nom de son pays d’origine, l’Allemagne.

Le berger allemand est d’un caractère obéissant, d’une fidélité sans faille, vif, gai, loyal et possède de réelles aptitudes à l’éducation car il ne demande qu’à obéir. Petit, son éducation conditionnera son futur comportement.

Chien sportif, il a besoin d’exercices, chien de compagnie, il est parfait et protecteur envers les enfants. Le berger allemand n’aime pas la solitude.

Septembre - Octobre 2018

Quel chien pour mon enfant ?


La plupart des enfants éprouvent un jour ou l'autre l'envie d'avoir un animal de compagnie, un chien notamment.

Il suffit qu'ils regardent les « 101 Dalmatiens » pour immédiatement vous demander d'acheter une bête à poil...

Si la présence d'un animal auprès d'un enfant offre de nombreux avantages, il ne faut pourtant pas céder à un caprice. Attendez plusieurs semaines avant de vous décider et si votre enfant réclame quotidiennement « son » chien, c'est parce qu'il en éprouve un réel besoin.

Il sera alors nécessaire de sensibiliser votre « chérubin » aux nombreuses contraintes qu'entraîne l'animal, sachant qu'un chien a besoin d'être promené plusieurs fois par jour et reste, malheureusement, parfois dangereux à cause de ses dents ou de ses griffes.

La science a prouvé que la présence d'un chien était bénéfique pour le bon développement de l'enfant et sa bonne santé, le protégeant contre l'asthme et l'eczéma, jouant aussi un rôle non négligeable de prévention contre les risques d'obésité et d'allergies.

Vous souhaitez agrandir votre jolie famille en adoptant un « toutou » qui deviendra le meilleur ami de votre enfant ?

« Un chien gentil avec les enfants », c'est le souhait de beaucoup de parents s'apprêtant à adopter un chiot. Certaines races de chiens remplissent très bien cette condition, comme le Golden retriever ou le Basset hound, connus pour être de véritables crèmes avec les petits !

Mais attention, un chien qui a « bon fond » n'est pas un jouet pour autant.

Il s'agit d'un être vivant, d'un être sensible. Il ressent la douleur et peut se défendre s'il pense être en danger. Aussi, même un chihuahua peut s'agacer et mordre. Voilà pourquoi un enfant ne doit jamais rester seul avec chien.

Par ailleurs, il est primordial que les parents éduquent fermement l'animal et qu'ils apprennent aussi à l'enfant à respecter son compagnon, la relation chien-enfant restant à surveiller avec attention.

Il faut savoir qu'il existe des races de chiens, non pas « adaptées » aux enfants, mais qui apprécient plus particulièrement leur présence et qui seront beaucoup plus patientes avec eux que d'autres.

Prendre un chien quand on a déjà un enfant

Attention à ne pas prendre un chien uniquement pour faire plaisir à votre jeune enfant, incapable de respecter l'animal qui vivra avec lui.

Ce n'est que vers 5 ou 6 ans qu'un enfant commence à intégrer les interdits parentaux. Il « maltraitera » donc moins son chien, le considérant comme une personne à part entière. Il commencera aussi à participer à son entretien : brossage, préparation de sa gamelle de croquettes ...

Un enfant est capable de s'occuper correctement d'un chien et de le comprendre à partir de 10 ou 12 ans. A cet âge, il commence à prendre confiance en lui, notamment si vous lui laissez des responsabilités (sortir le chien à midi par exemple). L'enfant respecte plus l'animal car il comprend que c'est un être vivant digne de respect. Généralement, son chien devient un véritable confident auprès duquel il trouve une certaine stabilité affective.

Quelles races de chien pour votre enfant ?

La race ne détermine pas à elle seule le comportement du chien à l'égard des enfants. Il faut aussi arrêter de penser que les petits chiens sont moins dangereux que les gros. Au contraire, les races de petite taille ont plus souvent recours à la violence.

C'est cependant le dressage du chien qui est primordial.

Vous pouvez quand même choisir votre chien en fonction de la personnalité de votre enfant.

S'il est très actif, préférez un chien de taille moyenne qui supportera les jeux brutaux : Labrador, Epagneul breton, Terre-neuve ...

S'il est timide, un petit chien l'aidera à entrer en contact avec d'autres enfants et à se faire des amis : Bouledogue français, Shih-tzu...

S'il aime bien jouer à la poupée, choisissez un petit chien à poil long qu'il pourra coiffer : Bichon maltais, lhassa apso...

S'il est craintif, un chien de taille moyenne le rassurera : Colley, Golden retriever, Lévrier...

Contrairement à ce qu'on pense, il n'existe pas de races plus gentilles que d'autres avec les enfants. Voici cependant mon choix :

Petits chiens : Cavalier King Charles , Carlin, West Highland White Terrier, Bouledogue Français, Coton de Tuléar.

Chiens moyens : Labrador, Golden retriever, Boxer, Epagneul breton, Colley, Berger australien.

Grands chiens : Bouvier Bernois, Bouvier des Flandres, Leonberger, Dogue argentin, Terre-Neuve.

D'autres races de chiens sociabilisées, peuvent parfaitement s'accorder avec des enfants. La vie de famille est aussi appréciée par les chiens tels que les Cairn terriers, les Staffordshire Bull terriers ou encore les Springer anglais.

Règles de sécurité et d'hygiène

Dans tous les cas, même avec un chien très doux, ne laissez jamais un enfant seul avec un chien sans la surveillance d'un adulte.

Vermifugez le chien 4 fois par an lorsqu'il y a un enfant car les risques de transmission de vers sont importants.

L'enfant ne doit pas embrasser le chien.

Le chien ne doit pas lécher l'enfant.

Enfin, pour que votre enfant soit encore plus fier de son chien, pensez à son toilettage, pensez à « Marie Toilettage » !!

Juillet - Août 2018

Accident... en voiture. Pensez à votre chien !


En France, on a dénombré plus de 58 000 accidents avec des blessés corporels en 2017. On en parle peu, mais, lors d'un accident, il peut y avoir un animal à bord et lui aussi court de nombreux risques.

Il faut savoir que, laissé en liberté dans le véhicule, son poids est multiplié par pratiquement 50 lors d'un choc à une vitesse de 55 km/heure !

Ainsi, un chien de 27 kg peut se transformer en une masse d'environ 1,2 tonne.

Autant dire que lui aussi peut être gravement blessé dans une collision, mais aussi blesser gravement un passager. Mais votre chien peut aussi fuguer après le choc, entraînant à son tour d'autres dommages.

Imaginez ensuite la prise en charge en cas de blessures chez un animal pour les secouristes. Là aussi, il faut anticiper. De plus en plus de maîtres signalent la présence d'un animal à bord à l'aide d'un autocollant. On trouve ainsi parfois ce genre de message sur un véhicule : « en cas d'accident, merci de libérer les chiens et de les emmener chez le vétérinaire. Ils sont assurés et les frais seront pris en charge intégralement. » Quelle bonne idée !

La règle d'or pour voyager en toute sécurité est de placer son compagnon dans une caisse de transport, voire de l'attacher, puisque l'on trouve désormais dans le commerce des ceintures de sécurité spécialement étudiées.

Dans certaines voitures, il est possible d'installer des filets de protection.

Voyager avec son chien sur les genoux est à éviter absolument.

Les accidents de la route et les chocs occasionnés par des animaux, qu'ils soient sauvages ou non, sont également fréquents.

En cas de dommage sur le véhicule, c'est l'assurance de celui-ci qui interviendra selon que le propriétaire de l'animal est identifié ou pas et que vous êtes assuré au tiers, en dommage collision ou en tous risques.

En cas d'accident alors que vous transportez votre chien en voiture (comme en moto, vélo, avion...), certaines assurances « santé animale » prévoit le remboursement des frais vétérinaires concernant l'animal accidenté.

Mais que dit le Code de la route ?

Le Code de la route précise que « tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l'apposition d'objets non transparents sur les vitres. »

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir à ces dispositions est puni de l'amende prévue pour les contraventions de deuxième classe (35 €).

L'immobilisation du véhicule est également possible.

Le conducteur peut donc être verbalisé s'il tombe sur un agent qui estimerait que l'animal présente un danger pour le conducteur et ses passagers.

A noter que l'article 1385 du Code Civil rend présumé responsable le propriétaire d'un animal qui cause des dommages à un tiers.

C'est alors la garantie Responsabilité Civile souscrite par le propriétaire de l'animal qui va jouer. Elle peut tout à fait être souscrite auprès d'une compagnie d'assurance santé animale, indépendamment de l'assurance habitation relevant de l'assurance « classique ».

J'ai heurté un animal : conséquences... démarches

Une telle situation peut arriver à tout conducteur.

Dès lors, que faire et qui sera responsable : le propriétaire de l'animal ou le conducteur du véhicule ? Quels sont les risques encourus et qui paiera les dégâts du véhicule du conducteur et les blessures de l'animal ?

Petit rappel : lors d'un accident avec un animal sauvage il est conseillé d'avertir les forces de l'ordre et de garder les preuves de la collision avec l'animal en vue du rapport d'expert que l'assurance diligentera.

L'animal domestique et le droit français

Aux yeux de la loi française l'animal est soumis au droit commun des biens.

Légalement l'animal domestique est donc une « chose » pouvant faire l'objet d'une appropriation privée par un propriétaire. Cela entraîne donc plusieurs constatations essentielles dans le traitement d'un tel accident.

L'animal dispose d'un propriétaire, responsable des actes commis par celui-ci ou dont il est à l'origine. En ce sens l'article 1385 du code civil stipule que « le propriétaire d'un animal, ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fût sous sa garde, soit qu'il fût égaré ou échappé ».

Il est donc nécessaire de déterminer un critère : celui de la garde.

Qui était le gardien de l'animal au moment des faits, car c'est le gardien de l'animal qui en sera responsable, normalement son propriétaire.

Il est donc clair, qu'en cas d'accident entre un véhicule et un animal domestique, il y aura un rapport entre le conducteur et le propriétaire de l'animal.

Il faut donc distinguer les droits et obligations de chacun, selon les différents cas de figure qui peuvent se présenter.

Sur la voie publique

Lorsque l'accident survient sur la voie publique, il est nécessaire de déterminer si l'animal était bien gardé.

Si l'animal était tenu en laisse par son maître (à ses côtés et à ses ordres), en cas de percussion, c'est le conducteur qui sera responsable de l'accident.

Les règles de responsabilité du code civil s'appliquent alors, chacun devant réparer le dommage causé à autrui. C'est l'assurance auto du conducteur qui prendra en charge les éventuels frais de vétérinaire.

Attention cependant, car les juges sont sévères dans l'appréciation de la notion de contrôle de l'animal. Ainsi par exemple, la Cour de Cassation a condamné la personne qui traversait avec son chien en laisse à réparer les dommages du véhicule qui a eu un accident en voulant l'éviter.

En effet les juges ont estimé que le chien était de taille à entraîner son maître alors qu'il tirait sur la laisse. Dès lors le maître n'en avait pas le contrôle.

En revanche si l'animal n'était pas bien gardé par son maître, en fuite, marchant à ses côtés sans être attaché, voire endormi sous une voiture ou même en liberté dans la nature, la situation sera différente.

L'article L 211-19-1 du code rural prohibe en effet la divagation des animaux domestiques, comme nous l'avons vu dans mon conseil du mois de mars dernier.

Dans ce cas, lors d'un dommage, c'est le propriétaire de l'animal qui sera fautif.

En vertu du contrôle constant que le maître doit exercer sur son animal et de la responsabilité prévue au code civil, le dommage causé par l'animal devra être réparé par son maître.

Dès lors, pour savoir quelle assurance va jouer, il faut distinguer plusieurs situations selon l'identification, ou non, du propriétaire de l'animal et l'assurance dont dispose le conducteur.

Si le propriétaire est identifié, vous pouvez dans un premier temps effectuer un constat mais aussi un simple arrangement à l'amiable si vous le désirez et selon l'étendue des dégâts.

Au tiers ou tous risques :

Si vous êtes assuré au tiers, votre assureur fera appel à un expert pour estimer les dégâts subis par votre véhicule. Il effectuera ensuite un recours contre le propriétaire de l'animal et son assureur, qui sera couvert par sa responsabilité civile.

Il vous faudra sûrement avancer les frais de réparation, remboursés une fois que votre assureur aura récupéré les sommes.

Pas de malus puisque le propriétaire de l'animal est connu et responsable.

Si vous êtes assuré tous risques, votre assureur fera estimer les dégâts puis procédera à leur indemnisation. En revanche, votre contrat prévoit peut être une franchise, remboursée une fois que l'assureur du propriétaire de l'animal aura payé votre propre assureur.

Une fois encore, votre responsabilité n'étant pas engagée, pas de malus.

Si le propriétaire du véhicule n'est pas identifié ?

Si vous êtes assuré au tiers, ce sont les fonds de garantie qui prendront en charge vos dommages matériels. Votre assureur pourra vous aider dans la constitution du dossier avec une franchise à régler dans ce cas.

Si vous êtes assuré tous risques, votre assureur fera estimer les dégâts par un expert puis procédera à la réparation des dommages. Une franchise peut être à votre charge si elle était prévue dans le contrat.

Les règles du malus dans ce cas pourront varier en fonction de votre contrat.

Sur une propriété privée

Lorsque l'accident survient sur une propriété privée la responsabilité pèsera, la plupart du temps, sur le conducteur, contrairement aux situations évoquées précédemment.

En effet dans une propriété privée l'animal n'est pas soumis aux mêmes obligations, il peut, de ce fait, être en liberté. Dès lors, c'est le conducteur qui sera responsable.

Ainsi votre assurance multirisques habitation (la garantie responsabilité civile) prendra en charge les frais vétérinaires éventuels avant de se retourner contre l'assurance automobile du conducteur pour être remboursée.

Si l'animal décède, il vous sera aussi possible de vous retourner contre l'assureur du conducteur afin d'obtenir un juste remboursement de son prix.

Éventuellement, en fonction des circonstances, vous pourrez réclamer des dommages et intérêts pour le préjudice subi.

Rappelons aussi qu'il existe des contrats d'assurance santé pour les animaux de compagnie. Certains assureurs proposent ainsi de prendre en charge

les frais vétérinaires et même parfois le versement d'un capital en cas de décès d'un animal.

Juin 2018

Les allergies chez le chien


Les chiens, comme l'homme, peuvent être victimes d'allergies souvent gênantes, aussi bien pour le chien lui-même que pour le propriétaire, qui doit réaliser des soins contraignants et onéreux, mais aussi pour le vétérinaire, dont le diagnostic demande une démarche longue et difficile. Les allergies touchent de plus en plus d'animaux et semblent être en constante augmentation chez nos « boules de poils ».

Alors, comment se manifestent les allergies chez le chien ?

Comment y faire face ?

Une allergie, c'est quoi au juste ?

Une allergie est une réaction exagérée du système de défense de l'organisme à l'encontre d'agents appelés allergènes. L'allergie est le terme employé pour désigner ces manifestations d'hypersensibilité.

Le système immunitaire déclenche une réaction anormale et disproportionnée à la présence d'une substance normalement non dangereuse pour l'organisme et qu'on appelle un allergène.

Cette réaction est à l'origine de symptômes cliniques qui, chez le chien, prennent

le plus souvent la forme de troubles cutanés.

Il existe plusieurs formes d'allergies chez le chien :

  • La dermatite atopique
  • Les allergies alimentaires
  • L'allergie aux piqûres de puces
  • L'allergie de contact
  • L'angio-œdème

La dermatite atopique du chien

La dermatite atopique est une affection de la peau, entraînant des démangeaisons chroniques.

L'atopie est une prédisposition allergique à différents allergènes, principalement des allergènes inhalés comme les pollens, les acariens de poussières, les moisissures, les squames (débris de peau humaine) et les débris végétaux.

Le symptôme le plus caractéristique est l'apparition de démangeaisons.

Le chien se lèche ou se mordille d'abord les pieds, la face puis les démangeaisons peuvent s'étendre à tout le corps. A force de se gratter, des lésions cutanées peuvent apparaître sur la peau comme des croûtes, un épaississement de la peau, une perte de poils, de l'érythème...

Parfois, l'atopie ne se manifeste que par une otite, mais il faut savoir que cette affection peut aussi s'accompagner d'éternuements et de conjonctivite. Le traitement de la dermatite atopique peut combiner plusieurs solutions :

  • La désensibilisation ou immunothérapie vise à injecter les substances auxquelles l'animal est allergique, afin d'atténuer la réponse de son organisme aux allergènes auquel il est sensible.
  • La corticothérapie est basée sur l'administration de corticoïdes. Ce type de traitement s'attaque aux symptômes de l'allergie en soulageant les démangeaisons mais ne traite pas la cause. Il ne peut être donné à long terme car il possède des effets secondaires.
  • Les antihistaminiques permettent de diminuer les réactions allergiques, mais sont peu efficaces chez les chiens et peuvent être à l'origine d'effets secondaires gênants. Chez 10 à 40% des chiens, ils peuvent néanmoins aider à contrôler l'atopie et à diminuer les doses de corticoïdes.
  • La complémentation en acides gras essentiels permet d'améliorer l'état de la peau du chien et de faire diminuer les doses d'antihistaminiques. On peut en donner sous forme de capsules d'huile de poisson.
  • Les médicaments immunomodulateurs visent à freiner les réactions du système immunitaire et à diminuer les manifestations allergiques.
  • Les soins locaux (pommades, lotions, crèmes, sprays ou encore shampooings) diminuent les risques infectieux et les démangeaisons.

Les allergies alimentaires

L'allergie alimentaire est une sensibilisation à des allergènes ingérés dans l'alimentation. Ce sont le plus souvent des protéines ou des additifs présents dans l'alimentation (viandes de poulet, de bœuf, produits laitiers, œufs, céréales)

Chez le chien, une allergie alimentaire se manifeste le plus souvent par des problèmes cutanés. (Plus rarement des problèmes gastro-intestinaux ou respiratoires). Ce sont des sensations de démangeaisons qui poussent le chien à se gratter... comportement souvent à l'origine de lésions secondaires (croûtes, chutes de poils, peau grasse et d'une mauvaise odeur, voire des infections cutanées appelées pyodermites).

Ces démangeaisons peuvent parfois être localisées à l'intérieur du conduit auditif ou dans la région anale.

En matière d'allergie alimentaire, le seul traitement efficace est le régime d'éviction. Cela consiste à proposer des repas exempts de l'allergène responsable de son hypersensibilité.

Afin de les identifier, il faut rechercher, avec l'aide d'un vétérinaire, plusieurs types de repas pendant un temps suffisant pour voir les symptômes cutanés disparaître. Les démangeaisons peuvent être soulagées temporairement par des médicaments à base de corticoïdes.

Les allergies aux piqûres de puces

Chez le chien, il n'est pas rare que les piqûres de puces provoquent une dermatite allergique. Les chiens sont sensibilisés à la salive des puces et une seule piqûre peut suffire à déclencher des réactions importantes.

Le symptôme principal est l'apparition de démangeaisons au niveau des lombaires du chien où les puces se plaisent à vivre.

Le traitement de la dermatite par allergie aux piqûres de puces consiste à se débarrasser des insectes qui parasitent le chien.

Les démangeaisons et l'inflammation pourront être soulagées en parallèle par des traitements à base de corticoïdes.

Les allergies de contact

Les allergies de contact sont des réactions inflammatoires cutanées qui résultent d'un contact direct avec une substance présente dans l'environnement.

La peau est sensibilisée par contact avec différentes substances (produits ménagers, pigments de gamelles en plastique, particules de béton).

Les substances les plus fréquemment mises en cause sont les métaux (nickel), le plastique, le caoutchouc, le ciment, les produits d'entretien ainsi que certains végétaux et médicaments.

On observe l'apparition de lésions inflammatoires de la peau à l'endroit où le chien a été en contact direct avec l'allergène : le ventre ou le dessous des pattes, le cou si l'allergène est présent sur son collier, les conduits auditifs ou l'extrémité de son museau si l'allergène se situe dans le matériau de sa gamelle...

En éliminant l'allergène de l'environnement du chien, on parvient à supprimer la dermatite de contact. Le problème est de réussir à identifier l'allergène responsable. Le diagnostic peut parfois passer par la réalisation de tests épicutanés par un vétérinaire.

Les conséquences de la dermatite peuvent quant à elles être traitées par des topiques hydratants voire par des anti-inflammatoires.

L'angio-oedème

L'angio-œdème est une sorte d'urticaire allergique chez le chien.

Il peut résulter de facteurs génétiques, de facteurs physiques (froid/chaleur, UV...), d'infections, d'une maladie systémique du chien mais aussi d'une réaction allergique à un médicament, à un aliment, à un végétal ou bien encore à la morsure ou à la piqûre d'un insecte.

L'angio-œdème se manifeste notamment par l'apparition d'un gonflement très important de la face l'animal. Si l'œdème atteint la gorge de l'animal, il peut entraîner une obstruction des voies respiratoires.

C'est alors une urgence absolue qui doit amener votre chien dans les plus brefs délais dans la clinique vétérinaire la plus proche.

Le traitement d'urgence repose sur l'administration d'antihistaminique et d'adrénaline.

Mai 2018

Chien obèse : causes et solutions


Votre chien est trop gros ?

Une alimentation pour chien saine et en quantité normale est une des clefs d'une bonne hygiène de vie. Un des problèmes épineux d'une mauvaise hygiène alimentaire est l'obésité, dont les conséquences ne sont pas immédiates, mais néanmoins dramatiques.

Le juste poids

Le chien n'est pas un chat ! Alors, pourquoi certains maîtres donnent-ils une alimentation pour chat à leur chien parce que celui-ci est petit ?

Simplement par manque d'informations, mais un chat n'a pas les mêmes besoins qu'un chien.

L'alimentation du chien est très spécifique. Il faut savoir que l'obésité est la pathologie nutritionnelle la plus fréquente dans nos sociétés de consommation.

Les besoins en énergie d'un chien sont fonction de plusieurs facteurs.

L'étape de la vie dans laquelle il se situe (chiot, gestation, lactation...), son niveau d'activité ainsi que son état de santé sont à prendre en compte pour un calcul exact.

La norme de chaque race donne une variation de poids dans laquelle doit se situer le chien.

L'obésité est due à une dose trop importante d'énergie apportée par la nourriture par rapport à l'énergie dépensée par l'animal. Elle se concentre dans le corps sous forme de tissus graisseux et on considère qu'il y a surcharge pondérale lorsque le poids du chien est supérieur de plus de 10 à15 % au poids idéal.

Avec notre mode de vie actuel, plus urbain et plutôt sédentaire, nos compagnons sont rattrapés par l'obésité, qui entraîne des pathologies diverses et a une influence certaine sur la durée de vie des animaux.

L'obésité du chien se repère par son poids et des signes sur sa silhouette :

  • côtes difficilement palpables : animal en surpoids et si côtes impossibles à palper : animal obèse.
  • apparition de masse graisseuse sur le thorax, le dos et à la base de la queue.
  • baisse de tonus.
  • intolérance à l'exercice ou à la chaleur.
  • essoufflement rapide.

Les origines et les facteurs de l'obésité

Ce n'est pas uniquement parce qu'il mange trop que votre chien est en surpoids.

L'obésité a pour cause une modification de son métabolisme.

Des facteurs pouvant paraître superflus entraînent une obésité. Par exemple, deux animaux mangent plus lorsqu'ils sont ensemble que s'ils mangeaient seuls. Ainsi, il faudra donc séparer les chiens d'une même famille au moment du repas.

De même, les mauvaises habitudes du maître sont souvent à l'origine de certains troubles.

Leur chien finit la gamelle, alors ils la remplissent à nouveau !


En outre, les nouveaux aliments sont de plus en plus adaptés aux chiens par leurs qualités nutritionnelles et ils sont aussi de plus en plus appétissants. C'est donc bien au maître de respecter les doses journalières.

Il faut absolument tenir compte des aliments telles les friandises données en dehors des repas pour calculer l'énergie apportée à votre chien. La distribution de friandise à table favorise la mendicité. Il ne faut pas céder au chien qui demande à table, car cette distribution est perçue par le chien comme une récompense immédiate, l'incitant à recommencer.

Un chien en bonne santé n'est pas forcément un chien qui avale tout ce qu'on lui propose et qui mange beaucoup.

La stérilisation en cause

Opérer une chienne la prédispose- t-elle à l'obésité ?

Oui et non. Certes, il existe deux fois plus de chiennes obèses stérilisées que non stérilisées, mais leur ration alimentaire n'a pas été modifiée après l'opération. Or, de l'avis de tous, la dépense d'énergie est moins importante chez un chien opéré mâle ou femelle que chez un animal « entier ». La ration doit donc être moins énergétique suite à l'intervention chirurgicale. Il ne faut pas négliger que l'absence d'hormones sexuelles due à la castration diminue l'utilisation de l'énergie.

Il est donc impératif de revoir à la baisse l'apport alimentaire pour les animaux opérés.

Chien obèse et malade

Les pathologies dues à l'obésité sont nombreuses. L'espérance de vie notamment diminue, puisque le risque de cancer augmente de 50 %. L'obésité entraîne de nombreux effets :

  • sur le squelette : apparition de problèmes articulaires causés par l'embonpoint et aggravation de ceux déjà existants.
  • sur le métabolisme : augmentation de la fréquence des diabètes sucrés, difficultés de régulation thermique.
  • une sensibilité accrue aux infections cutanée.
  • un cœur fragilisé, qui doit forcer pour faire circuler le sang, entraînant rapidement une intolérance à l'effort.

Remèdes contre l'obésité

L'alimentation sera, bien sûr, le premier facteur à modifier. Le maître doit se persuader que l'amaigrissement de son chien est nécessaire et surtout indispensable pour sa santé.

Un bon appétit est signe de bonne santé, mais un chien qui mange sans cesse est malade.

Il conviendra d'être très vigilant car le chien va très mal accepter cette restriction alimentaire.

Il va pratiquement persécuter le maître qui ne doit pas céder.

L'alimentation industrielle est d'un grand secours, même si vous ne l'utilisiez pas auparavant.

Des recettes spécifiques pour faire maigrir sont proposées. Cela permet de nourrir le chien avec des aliments équilibrés, appétissants et peu énergétiques.

Attention à la transition entre les deux régimes qui doit se faire sur une semaine pour éviter les diarrhées ! Introduirez progressivement l'alimentation préparée dans la gamelle ordinaire.


Quelques règles à respecter pour limiter le surpoids du chien.

Consultez votre vétérinaire qui vérifiera la santé de votre chien et vous indiquera le bon régime alimentaire en fonction du degré de surpoids.

« Stop » aux gourmandises qui rompent l'équilibre alimentaire garant de sa bonne santé.

Quelques repères : 100 kcal = 1/3 du besoin quotidien d'un chien de 3kg.

100 kcal = 18g de chips = 20 g de chocolat (toxique pour le chien) = 25g de biscuit sec ou gruyère = 80g de jambon blanc.

Chez le chien une activité physique régulière est absolument nécessaire.

Faites confiance aux spécialistes et respectez la ration journalière préconisée sur les emballages. Fractionnez sa ration quotidienne en 2 ou 3 repas, ce qui lui évitera les sensations de faim.

En résumé, l'obésité canine en 3 points

Les facteurs favorisant l'obésité :

La présence de deux animaux pendant le repas, le non-respect des doses, la stérilisation et le manque d'exercice.

Les conséquences de l'obésité :

Des problèmes locomoteurs, des affections cardiaques, un risque de diabète sucré et une réduction de la longévité.

Tenez le coup en cas de régime strict:

Fixez un programme de durée moyenne (2 à 3 mois), demandez conseil à un vétérinaire, faites un bilan mensuel, respectez les consignes, choisissez un aliment facile à donner et si vous craquez, confiez le chien à des amis qui seront plus stricts et moins sensibles à ses plaintes.

Avril 2018

Accès des chiens aux lieux publics


Nous rappelions le mois dernier que la loi n°83.629 du 12 juillet 1983 dispose que dans les lieux publics, ou ouverts au public, les chiens doivent être tenus en laisse.

Il faut savoir que votre chien peut aussi se voir interdire l'accès à ces différents lieux, notamment dans les magasins d'alimentation, mais aussi dans certains parcs ou lieux publics.

En plus du règlement sanitaire départemental type qui interdit l'accès des chiens aux magasins d'alimentation, les municipalités peuvent renforcer ces mesures par des arrêtés autorisant les chefs d'établissement à interdire aux chiens l'accès à leurs bâtiments à condition d'afficher clairement cette interdiction à l'entrée des locaux (magasins, poste, maisons de retraite ...)

Il en est ainsi de l'autorisation ou de l'interdiction des chiens dans la plupart des lieus publics comme les plages, les squares, les bacs à sable, les bureaux communaux, qui sont exclusivement du ressort du maire en vertu des pouvoirs qui lui sont délégués par le règlement sanitaire départemental.

En ce qui concerne l'accès des chiens aux moyens de transport, chaque compagnie (RATP, SNCF, compagnies aériennes) met à la disposition des voyageurs un règlement interne régissant les conditions d'accès, de voyage et de tarification des chiens.

En voiture les chiens doivent obligatoirement voyager à l'arrière du véhicule, ''normalement'' séparés du conducteur et des passagers par un filet ou un grillage.

Mars 2018

Chien en laisse


Tout propriétaire d'un chien est tenu de bien se renseigner sur la législation, notamment en ce qui concerne la tenue du chien en laisse.

En effet, un chien peut être tenu de marcher en laisse dans certaines villes, sous peine d'amende pour son maître.

Avant de promener son chien sans laisse, mieux vaut être bien à jour sur les dernières lois, et être certain de vos droits.

Marche sans laisse ou divagation ?

Marche en laisse et chien dangereux

Pour certaines catégories de chien, à savoir les chiens dits dangereux de catégorie 1 et 2, la marche en laisse est obligatoire dans tout lieu public.

Cela s'applique donc aussi bien en ville qu'à la campagne et de manière générale lors de toutes les promenades du chien.

L'utilisation de la laisse doit par ailleurs s'accompagner du port de la muselière.

La divagation du chien

Il est important de bien distinguer marche sans laisse et divagation.

On parle de divagation d'un chien lorsque l'animal circule librement, sans surveillance de son maître.

L'article L 211-23 du Code rural indique qu'un chien est considéré comme en état de divagation, « en dehors d'une action de chasse, de la garde ou de la protection d'un troupeau, s'il n'est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouvant hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou s'il est éloigné de son propriétaire d'une distance dépassant cent mètres ».

Ainsi, tout chien livré à son seul instinct est en état de divagation, « sauf s'il participait à une action de chasse et qu'il est démontré que son propriétaire ne s'est pas abstenu de tout entreprendre pour le retrouver et le récupérer, y compris après la fin de la chasse ».

Alors que la marche sans laisse n'est pas systématiquement interdite, la divagation du chien est interdite à toute époque de l'année.

Un chien divaguant peut être mené à la fourrière et après un délai de garde de huit jours, si l'animal n'a pas été identifié, il devient la propriété du gestionnaire de la fourrière. Il n'est alors pas à l'abri d'une action d'euthanasie.

Chiens en laisse : la réglementation

Pour des raisons d'hygiène ou de sécurité, mais également pour protéger les citoyens des abus, différentes lois encadrent la possession de chien, ainsi que les droits et devoirs d'un maître.

Il est essentiel de bien connaître les lois, notamment lorsqu'on désire promener son chien sans laisse.

Ainsi, il peut être obligatoire pour un maître de tenir son chien en laisse.

En ville

Le sujet de la marche sans laisse en ville est à l'origine de nombreux conflits. Il faut noter que la loi n'interdit pas systématiquement de promener son chien sans laisse en ville.

En revanche, l'article L 211-22 du Code rural précise que les maires peuvent « prendre toutes dispositions propres à empêcher la divagation des chiens mais aussi des chats, en ordonnant que ces animaux soient tenus en laisse, les chiens muselés ».

Il est donc fréquent que des arrêtés municipaux interdisent la promenade du chien sans laisse.

Le règlement sanitaire départemental du Code de la Santé publique peut également mentionner l'interdiction de promener un chien sans laisse en ville.

À la campagne

On a tendance à croire que les lois sont plus souples en campagne ou dans la nature, mais ce n'est pas obligatoirement le cas.

En effet, les règles précédemment citées s'appliquent tout aussi bien dans les communes rurales. Il peut donc également être interdit de promener son chien sans laisse dans un village ou à proximité d'un pré ou d'un champ.

Notons par ailleurs que l'arrêté du 31 juillet 1989 relatif à l'interdiction de la divagation des chiens, mentionne que « dans les bois et forêts, il est interdit de promener des chiens non tenus en laisse en dehors des allées forestières pendant la période du 15 avril au 30 juin ».

Gardez donc bien en tête que ne pas respecter la loi vous expose à des amendes.

Ainsi un agent municipal peut vous arrêter et vous délivrer :

  • Une contravention de première classe, d'un montant maximal de 33 € 
  • Une contravention de deuxième classe, d'un montant maximal de 75 €, si votre chien est catégorisé 1 ou 2.

En cas de mise en fourrière suite à la divagation du chien, le maître doit inévitablement régler les frais de mise en fourrière, les frais d'identification du chien et les frais de garde (une centaine d'euros environ, voire plus).

Nota : La loi n°83.629 du 12 juillet 1983 dispose que dans les lieux publics, ou ouverts au public, les chiens doivent être tenus en laisse.

De plus, votre chien peut aussi se voir interdire l'accès à ces différents lieux. C'est notamment le cas des magasins d'alimentation, mais aussi de certains parcs ou lieux publics.

Nous reviendrons plus en détail sur ce sujet dans mon conseil du mois d'avril.

Bonne promenade cependant !

Février 2018

2018 : Des noms de chien en « O »


Choisir un prénom pour son chien, ce n'est pas toujours chose aisée !

En effet, chaque année, la première lettre du nom d'un animal est déterminée officiellement. Même si elle s'adresse principalement aux chiens « pures races », ceux inscrits au Livre des Origines Françaises, il est possible d'adopter cette lettre pour tous les autres chiens.

Les lettres K, Q, W, X et Y étant éliminées car trop complexes.

En ce début d'année, voici une liste de prénoms pour chiens commençant par la lettre « O », pour vous aider ou vous conseiller dans votre décision :

  • Oasis Obama Obélix Obiwan
  • Océan /Océane Octave Ocre Odéon
  • Odessa Odyssée Ogre Olaf
  • Olé Olga Olive Oliver
  • Omaley Oméga Omer Ondine Onyx
  • Opale /Opaline Opium Orange
  • Oregon Oréo Oria Orient Origan
  • Orphée Oural Oscar Osiris
  • Oslo Osmose Othello Otis Ouate
  • Oups Ouragan Ovale Ovide
  • Ovni Oxbow Oxford Oxygène

Alors très bon choix, si vous désirez suivre cette option de prénom de façon officielle.

Mais Médor, Snoopy, Milou, Bill ou Rantanplan sont aussi possibles !

Janvier 2018

Vaccination


Lorsqu'on décide d'adopter un chiot, il est obligatoirement âgé de plus de huit semaines.

C'est à cet âge qu'il pourra recevoir les premières injections vaccinales qui lui permettront de découvrir son environnement sans risque.

La maladie de Carré, la parvovirose et l'hépatite de Rubarth, par exemple, sont des maladies mortelles vis-à- vis desquelles les chiots sont particulièrement vulnérables. Il est extrêmement important que votre compagnon puisse être protégé dès que son système immunitaire le permet.

Il pourra ainsi sortir sans aucun problème afin d'être sociabilisé au contact de ses congénères.

Le calendrier vaccinal comprend le plus souvent deux ou trois doses de vaccins injectés par le vétérinaire à quelques semaines d'intervalle lors des premières vaccinations de la vie de votre chien.

Contre quelles maladies dois-je faire vacciner mon chien ?

Il y a d'autres maladies très dangereuses que celles citées plus haut, contre lesquelles il faut également protéger son fidèle compagnon (l'adénovirus ou la leptospirose encore).

Il existe aussi des vaccins facultatifs comme celui de la trachéobronchite infectieuse (ou « toux de chenil »), maladie des voies respiratoires extrêmement contagieuse contre laquelle il faut protéger les chiens qui socialisent souvent avec d'autres animaux.

Un autre vaccin à ne pas négliger est celui de la rage.

La vaccination permet donc de protéger votre chien.

Sept vaccins sont conseillés : la maladie de Carré, l'hépatite de Rubarth, la parvovirose, la leptospirose, la « toux du chenil », la rage et la piroplasmose.

À partir de quand puis-je promener mon chiot ?

Il faut qu'il soit correctement vacciné avant de le sortir pour minimiser les risques de contagion. En attendant, afin d'éviter qu'il reste enfermé à la maison, il peut jouer dans votre jardin à condition qu'il soit fermé.

Il peut aussi jouer avec des chiens adultes connus et vaccinés.

Si vous n'êtes pas certain que les chiens avec lesquels il socialise sont vaccinés et si vous voulez commencer à promener votre chiot, assurez-vous qu'il ait au moins complété la première phase du programme de vaccination.

Pour la promenade et pour rappel, l'identification par tatouage ou puce électronique est légalement obligatoire pour tous les chiens vivant en France.

En dehors de ce côté obligatoire, il s'agit quand même du meilleur moyen de retrouver son chien s'il se perd, ou de prouver qu'il vous appartient en cas de vol ou de litige.