Mes conseils bien être

Régulièrement venez retouver mon nouveau conseil.

Septembre - Octobre 2017

Pourquoi le jeu est-il si important pour votre chien ?

La plupart des chiens adorent jouer. Votre chien reste peut-être toute la journée seul chez vous et vous cherchez de nouveaux jouets pour enrichir sa journée ? Êtes-vous peut-être lassé de jouer à la balle et aimeriez-vous d'autres jeux amusants pour jouer à l'intérieur et à l'extérieur avec votre chien ?

Le jeu est très important pour votre chien du fait des avantages qu'il procure sur le plan émotionnel et physique ainsi que pour son apprentissage. Tout le monde, y compris votre chien, a besoin de « relâcher » la pression ou libérer le surplus d'énergie. En jouant avec votre chien, vous lui apprenez également l'interaction sociale, vous lui inculquez des compétences telles que comment s'entendre avec d'autres chiens, les enfants ou vos voisins tout en renforçant votre lien émotionnel. C'est aussi un bon moyen d'améliorer sa coordination et de le stimuler mentalement. N'oubliez pas que le jeu doit rester amusant et récréatif.

Si vous n'avez pas beaucoup de temps à lui consacrer, même une courte période de jeu est bénéfique pour votre chien et elle en vaut la peine.

Amusement et jeux pour votre chien

Vous pouvez pratiquer facilement de nombreux jeux avec votre chien qui n'exigent pas beaucoup de préparation ou de matériel sophistiqué. Si dans l'idéal, il est préférable de jouer à l'extérieur, cela n'est pas toujours possible à cause du mauvais temps ou faute d'avoir accès à un jardin ou à un autre lieu extérieur. De nombreux jeux peuvent toutefois être adaptés pour l'intérieur, même s'il faudra alors moins remuer. Voici quelques jeux dont certains peuvent se pratiquer aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Va chercher

Jeu classique qui consiste à aller chercher. Vous devez lancer une balle ou tout autre objet adapté à votre chien et lui demander de vous le rapporter. Si ce jeu classique semble facile, tous les chiens ne comprennent pas instinctivement que vous voulez qu'ils ramassent la balle ou l'objet. En revanche, pour le chien qui le comprend, le plus grand défi sera souvent pour lui de vous rendre la balle. Pour que ce jeu fonctionne, votre chien doit avoir appris à revenir si vous l'appelez et à répondre à l'ordre « donne-le ».

Cache-cache

Ce jeu se pratique avec votre chien et un autre membre de la famille aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. Dans la maison, dites à votre chien ou chiot de rester avec l'autre personne pendant que vous vous cachez dans une autre pièce. Appelez-le et lorsqu'il vous trouve, félicitez-le et récompensez-le avec des marques d'affection et une friandise. Attention à ne pas vous cacher trop loin de votre chien et assurez-vous qu'il ait déjà appris à ne pas bouger et à revenir lorsque vous l'appelez.

Frisbee pour chiens

Certains chiens comprennent immédiatement qu'ils doivent attraper le frisbee et le redonner, alors que d'autres chiens peuvent avoir besoin d'entraînement. Familiarisez votre chien avec le frisbee en l'encourageant à le ramasser avec sa gueule. Une fois qu'il est habitué à le prendre, apprenez-lui l'ordre « donne » en le récompensant avec une caresse ou une friandise lorsqu'il vous rapporte le frisbee. Lancez-le progressivement de plus en plus loin. Achetez un frisbee spécialement conçu pour les chiens, car tout autre frisbee pourrait blesser votre chien et être difficile à attraper.

Jeux de détection d'odeurs et de recherche

Les chiens naissent avec un flair particulièrement développé. Mais la plupart des chiens domestiques n'ont aujourd'hui pas l'occasion d'utiliser cette extraordinaire aptitude. Les jeux de détection d'odeurs sont une façon enrichissante d'éveiller le comportement naturel de votre chien et de stimuler son intelligence par le jeu.

« Cacher l'objet »

Est un jeu de détection d'odeurs simple. Présentez à votre chien un objet portant son ou votre odeur (vêtements, jouets) que vous cachez ensuite dans la maison pour qu'il le flaire. Votre chien doit pouvoir facilement trouver le premier objet et les caches doivent ensuite être de plus en plus difficiles à découvrir. Si votre chien trouve l'objet, vous pouvez le récompenser en le caressant ou en lui donnant une friandise.

Un autre jeu de réflexion est « Quelle main ? »

Montrez à votre chien l'un de ses jouets favoris dans une main et faites-lui flairer. Cachez le jouet dans une main, mais montrez à votre chien les deux mains. Ne donnez le jouet à votre chien que s'il flaire la bonne main. Vous pouvez également essayer de cacher une friandise sous un gobelet parmi deux ou trois gobelets, le but étant qu'il retourne le gobelet pour avoir la friandise.

Course d'obstacles

Si votre chien aime courir et sauter, organisez vous-même une course d'obstacles dans votre jardin avec des cônes de signalisation orange autour desquels vous pouvez entraîner votre chien à slalomer, ou à passer dans un tunnel de jeu pour enfants. Improvisez un parcours chez vous avec un balai et deux seaux pour créer un obstacle, cinq piquets pour faire un slalom. C'est un bon exercice pour votre chien et suivre des ordres pour passer un obstacle est extrêmement stimulant pour lui.

Jeux d'eau

La plupart des chiens aiment l'eau et, notamment lorsque les températures sont élevées, votre chien peut apprécier de pouvoir jouer avec des jets d'eau. Il peut également aimer récupérer des jouets dans l'eau. Aussi, si vous vivez à proximité d'un plan d'eau, essayez de lancer un objet pour chiens flottant qu'il devra ensuite vous rapporter. Dans votre jardin, vous pouvez installer une piscine pour chiens dans laquelle votre compagnon s'amusera à patauger.

Une promenade dans un parc

Les parcs pour chiens sont de plus en plus populaires. Votre chien peut y courir en toute liberté sans être tenu en laisse à condition que vous surveilliez son comportement. Ces parcs sont l'occasion rêvée pour votre chien de se socialiser avec d'autres chiens et de jouer avec vous dans un espace ouvert. Assurez-vous que votre chien réponde immédiatement à l'ordre « viens » avant de l'emmener dans ces parcs. Il est préférable d'emmener votre chien faire une promenade soutenue avant d'aller dans un parc pour chiens. Il aura ainsi dépensé son énergie avant de découvrir ce qui peut être un environnement très stimulant.

Choisir le bon jouet pour votre chien 

Plusieurs types de jouets pour chiens sont destinés à égayer les jeux que vous pratiquez avec votre chien et à l'occuper lorsqu'il est seul. Il est préférable d'adapter la taille du jouet à celle de votre chien. Mais gardez à l'esprit qu'un jouet ne doit pas être petit au point que votre chien puisse l'avaler ou s'étouffer avec.

Voici quelques options populaires :

Jouets casse-tête : Ces jouets existent dans différentes formes et tailles.Ils sont conçus pour stimuler les facultés mentales de votre chien et éviter qu'il s'ennuie lorsqu'il est seul à la maison. La majorité des jouets casse-tête comprennent des jouets alimentaires comme une balle dans laquelle vous pouvez placer une friandise. La balle comporte une ouverture à régler qui déterminera la difficulté avec laquelle votre chien obtiendra la friandise. Un jouet en caoutchouc rebondissant peut également contenir une friandise. Un autre jouet casse-tête comprend un panneau avec des trous pour cacher des friandises et des disques coulissants ou un jouet en peluche rempli de jouets qui font du bruit que votre chien peut essayer de sortir.

Jouets aquatiques : Si votre chien aime l'eau, il existe notamment un frisbee flottant, de faux « cailloux » avec lesquels vous pouvez faire des ricochets et qu'il peut rapporter, des jouets en caoutchouc avec une corde, des jouets que vous remplissez d'eau qui, libérée lorsque votre chien mâche le jouet, rafraichît celui-ci en été.

Jouets à mâcher : Comme vous l'avez constaté, les chiens ont vraiment besoin de mâcher ! En fait, mâcher est nécessaire à leur santé mentale et physique. Il existe de nombreux jouets à mâcher durables et qualifiés d'« indestructibles ». Choisissez également un jouet à mâcher suffisamment grand pour qu'il ne puisse 1pas s'étouffer avec.

Les jouets pour se blottir ou à transporter : De nombreux chiens, en particulier les jeunes chiots, aiment jouer ou dormir avec un « objet sécurisant » ou un jouet favori, ou simplement le transporter. Il peut s'agir d'un tee-shirt qui vous appartient ou d'un jouet conçu spécialement à cet effet.

Lorsque vous voulez jouer avec votre chien, vous avez d'innombrables possibilités pour mobiliser son intelligence, stimuler ses compétences sociales, améliorer son activité physique. Si votre chien ne semble pas répondre immédiatement avec enthousiasme à un jeu ou à un jouet, ne vous découragez pas. Il peut avoir besoin d'un peu de temps pour y prendre goût ou en comprendre les règles. Mettez de côté le jouet, ressortez le plus tard ou essayez le un autre jour. Votre chien peut aussi ne pas vraiment aimer un jouet ou un jeu particulier. N'hésitez pas à en essayer de différents, mieux adaptés à ses aptitudes naturelles. Vous devriez trouver ce qu'il aimera et qui vous procurera des heures de divertissement, enrichissant la relation avec votre chien.

Vous l'aurez compris, jouer avec son chien est loin d'être une activité banale. Comme votre chien mobilise de multiples aptitudes quand il joue avec vous, il est extrêmement attentif à tout ce que vous faites, au moindre message que vous lui envoyez. Son attention est tournée vers vous comme jamais.

Profitez-en ! Des ordres réputés pas faciles sont en fait faciles à apprendre en jouant, comme le rappel, lâche (donne), pas toucher ou pas bouger.

Il peut faire plus de choses que vous ne l'imaginez... juste parce que c'est amusant ! Jouer est d'ailleurs tellement gratifiant pour votre chien que non seulement vous pouvez vous mettre en mode jeu pour apprendre des ordres importants mais en plus, quand plus rien ne fonctionne pour avoir son attention, souvent, jouer est tout ce qui vous reste.

Pour que jouer vous rende service dans un plus grand nombre de situations, jouez avec votre chien le plus souvent possible.

Repérez ce que votre chien aime le plus faire pour lui permettre d'utiliser ses aptitudes naturelles en choisissant des jeux appropriés. Avec une corde, certains chiens préfèrent tirer dessus mais d'autres préfèrent la chercher quand vous l'avez cachée et d'autres encore préfèrent courir après quand vous la lancez !

Quelques conseils :

  • Il faut apprendre au chien comment demander poliment de jouer.
  • Il vaut mieux ne pas jouer n'importe où dans la maison.
  • Il faut limiter les contacts physiques dans un premier temps, mais pas avec les chiots, pour lesquels c'est justement le moyen d'apprendre à contrôler leur force.
  • Il faut faire jouer son chien à des jeux qui lui permettent d'exercer ce qu'il sait le mieux faire naturellement, comme renifler ou courir après quelque chose.
  • Il ne faut pas gronder son chien après avoir crié « aïe » s'il vient montrer qu'il est inoffensif.
  • Il faut arrêter le jeu bien avant que le chien n'atteigne un point de non-retour, pour lui apprendre à se contrôler et lui apprendre un signal de fin.
  • Il faut à tout prix enseigner à son chiot à rapporter ses jouets parce qu'un chien qui garde ses jouets est dangereux.
  • Il faut profiter du jeu pour apprendre des ordres et pour initier son chien à la confiance en son maître, sans être trop familier avec les chiens qu'on ne connaît pas.

Juillet - Août 2017

Comment éduquer un chiot ?

Éduquer un chiot demande à la fois de la patience et surtout du temps.

Si vous ne pouvez pas consacrer quelques heures à l'animal pour le promener, jouer ou le divertir, il est peut-être judicieux de revoir son envie d'accueillir un chien.

Sélectionner tous les accessoires pour accueillir votre petit compagnon.

Il est très difficile de résister à un chiot qui attend votre douceur avec la plus grande impatience. Toutefois l'accueillir demande une attention particulière, car il a des besoins spécifiques qu'il est nécessaire de combler au plus vite. Il est important de noter que la préparation s'effectue en amont, bien avant l'arrivée de ce compagnon.

Tout doit être prêt lorsqu'il posera une patte dans cet univers.

Lorsque vous aurez acquis le coussin, les gamelles ainsi que l'alimentation adaptée à son âge, il est important de commencer immédiatement à éduquer son chiot. Certes, un chiot est mignon, mais dès les premières heures de cohabitation, il est impératif d'instaurer des règles : interdiction de monter sur le canapé, les lits, ne pas jouer avec les chaussures ...

Plus vous attendrez à dresser un chiot, plus vous aurez des difficultés pour le remettre dans le droit chemin.

Comprendre son comportement.

Au fil des jours, vous devrez également vous adapter à son comportement canin, car certains chiots auront tendance à aboyer. Il sera nécessaire d'identifier les raisons pour lesquelles il agit de la sorte. Vous devrez lui apprendre à s'exprimer uniquement lorsque la situation le demande. Prenez un chien de garde aboyant toute la journée, sans aucune explication précise, il n'aura pas la capacité de jouer son rôle. Il faudra aussi apporter une attention particulière à un chiot qui pleurerait régulièrement en se retrouvant seul.

Les différentes phases de l'éducation

Accueillir un chiot ne doit pas être une décision prise à la légère car elle vous engage pour de nombreuses années.

Cet accueil demande une préparation du logement puisque le chien a besoin de nombreux accessoires : laisse, collier ou harnais, gamelles, niche ou coussin et des jouets.

Il demande également une attention particulière et de la rigueur, puisqu'il est impossible de le séparer de sa maman avant deux ou trois mois. En effet, durant les premières semaines de sa vie, il peut développer sa socialisation avec sa mère, ses frères et sœurs.

Plus vous aurez tendance à le séparer très tôt, plus il aura des lacunes. C'est grâce à cette compagnie qu'il pourra acquérir la notion de propreté. Cette dernière ne concernant pas les excréments, mais son attitude lorsqu'il a envie de se soulager.

Apprendre la propreté à un chiot n'est pas une mince affaire, c'est une étape très importante dans la vie du bébé chien. Vous devez être conscient qu'il ne pourra pas sortir faire ses besoins dès son arrivée à votre domicile. Avec sa maman, il a pu apprendre à se lécher ou à se gratter, et même à sortir de son lieu de prédilection pour se soulager.

Par contre, il n'aura pas l'occasion d'ouvrir la porte pour se promener. Votre implication pendant cette période est inévitable et attention, la violence n'aura aucun impact positif. Le contraire pourrait même se produire puisque les coups sont susceptibles de le rendre agressif. Il faudra le sortir à des heures stratégiques, après le repas, la sieste ou le jeu afin de le récompenser à l'extérieur. Ne pas hésiter à lui donner une récompense (croquette, gâteau...), il comprendra très vite que les besoins à l'intérieur ne sont pas les bienvenus.

Ces friandises sont donc primordiales pour l'éducation du chiot, même s'il adviendra certainement quelques accidents.

Inutile de lui mettre sa tête dans ses excréments, car il ne pourra pas assimiler ce comportement. Il pourrait devenir craintif, retardant ainsi son apprentissage.

Il faudra le sortir dès qu'il commencera à faire ses besoins afin de le récompenser.

Cet apprentissage plus ou moins long, demandera pratiquement douze mois pour certains, alors que d'autres seront propres à huit mois. Cela dépendra aussi de son logement (appartement ou maison), car il est toujours plus facile de se soulager lorsque le chien passe pratiquement sa journée dans le jardin.

L'alimentation du chiot

Pour que votre chiot soit en parfaite santé, il est indispensable que vous adaptiez son alimentation à son âge, car il a des besoins spécifiques en termes d'apports nutritionnels.

Après la période d'allaitement (le chiot est toujours nourri par sa mère ou via un allaitement artificiel), vient celle de post allaitement (votre chiot, sevré, ne consomme alors plus de lait maternel). Le sevrage intervient généralement à deux mois : il faut donc le laisser avec sa mère jusqu'à ses dix semaines.

Son alimentation doit être équilibrée et fournir tous les nutriments nécessaires à son organisme : lipides, protéines, vitamines, minéraux ...

Les lipides sont nécessaires à la santé du chien. Certains acides gras peuvent également avoir un impact sur la peau et le pelage de votre compagnon. (Ne pas dépasser 20% de l'apport journalier chez le chiot). Attention donc à ne pas lui donner un régime trop riche en graisse, débouchant sur des problèmes d'obésité ou de développement des articulations.

L'alimentation de votre chiot doit se composer de protéines de bonne qualité, indispensables à la construction des os et des muscles, pour une croissance adaptée.

Elles jouent également un rôle dans la création d'anticorps et de défenses naturelles.

Des carences en protéines risquent de rendre votre chiot plus faible face aux maladies chroniques et d'empêcher une croissance normale.

Il faut que son alimentation intègre aussi l'ensemble des vitamines nécessaires à son maintien en bonne santé. (Vitamines A, vitamines B de 1 à 12, Vitamine C, Vitamine D, Vitamine E, Vitamine K et Vitamine PP).

En outre, sa nourriture doit associer tous les minéraux indispensables à sa croissance.

Il est donc important qu'elle comprenne les justes doses de calcium, magnésium et phosphore pour assurer un bon développement des os et des cartilages.

Manger à chaque repas les mêmes aliments ?

Certainement, votre chiot se satisfera en effet de manger toujours la même chose.

Il est même recommandé de ne pas varier la nourriture de votre compagnon à quatre pattes, au risque de voir des problèmes se développer.

Vous pouvez donner à manger à votre chiot aux mêmes heures que vous, à savoir : le matin, le midi et le soir.

A partir de six mois, deux repas par jour sont suffisants : le matin et le soir.


Mai - Juin 2017

On part en vacances !

27% des Français possèdent un chien et une majorité de maîtres considère que de bonnes vacances ne peuvent avoir lieu sans leur animal de compagnie.

Malheureusement, chaque année, ce sont plus de 80 000 animaux qui sont abandonnés, dont une part très importante au moment des départs en vacances.

Généralement 40% des Français partent avec leurs animaux, pour des vacances réussies avec leurs compagnons à quatre pattes.

77% des propriétaires qui ne partiront pas avec leurs animaux plébiscitent de les confier à des personnes de leur famille, amis ou voisins. C'est la solution la plus économique et la plus rassurante pour faire garder son chien.

Comment rassurer son chien sans le stresser avant votre départ ?

Votre chien n'est pas idiot et a compris que quelque chose se préparait.

Alarmé, il ne sait plus comment réagir... Doit-il protéger la maison ? Allez-vous revenir ?

A-t-il été oublié en partant ?

Aboiements intempestifs, destructions, salissures... sont plusieurs façons d'exprimer son angoisse car le stress de la séparation existe bel et bien chez votre « ami ».

Faire des cartons en vue d'un déménagement, préparer sa valise pour quelques jours de vacances, la laisser traîner au milieu d'une pièce, sortir plusieurs vêtements, déplacer des objets (plantes vertes), c'est un territoire modifié pour lui.

Aussi, votre compagnon va vite comprendre que vous allez le quitter en reconnaissant vos bagages notamment. Au mieux, il se couchera à l'intérieur, au pire, il risque d'uriner dessus.

Il se peut également que votre chien mâche le bagage jusqu'à le réduire en lambeaux...

Faites donc attention à votre chien, continuez de lui apporter une caresse de temps à autres.

Cependant, pour lui permettre de s'adapter sans trop d'inquiétude, il serait bon de le préparer plusieurs jours avant votre départ. Ainsi, évitez de le laisser dormir avec vous, de le cajoler sans cesse, de lui parler à longueur de journée, de le porter dans vos bras.

Vous devez préparer le détachement, favoriser son autonomie affective et ses capacités d'adaptation à un nouvel environnement. Sinon, il souffrira de votre absence et sera frustré, inquiet de ne pas vous avoir à ses côtés.

Pour ne pas entretenir cette anxiété, il faut faire comme si de rien n'était.

Les jours précédant le départ, ne lui dites ni au revoir, ni bonjour, faites comme si vous alliez dans une autre pièce. Vous communiquerez ainsi à votre chien que tout va bien, qu'il n'y a aucun danger ni pour la maison, ni pour lui.

Important : n'oubliez pas d'indiquer à la personne qui s'occupera de votre chien les heures auxquelles vous avez pour habitude de le promener ainsi que celles des prises de repas.

Ces changements de rythmes, à priori anodins, engendrent énormément de stress, notamment chez les jeunes chiots mais également chez les chiens âgés.

Toutes ces modifications peuvent entraîner l'apparition ou la réapparition de la malpropreté.

Si vous décidez de l'emmener en vacances avec vous, sachez que le transport est aussi source de stress pour votre chien. Voici donc quatre conseils :

  • Ne sortir sa caisse de transport qu'au dernier moment et n'hésitez pas à jouer un peu avec lui autour de cette cage, lui faisant ainsi comprendre qu'il n'a aucune raison d'en avoir peur.
  • Utiliser des phéromones avant le départ et dans le nouveau lieu d'habitation (prise murale et spray dans la voiture) pour calmer son agitation, ou lui mettre un collier antistress.
  • Faire prendre un anxiolytique à votre compagnon quelques jours avant le départ.
  • Administrer un médicament anti-nauséeux une heure avant le transport.

Il est possible également de choisir l'option totalement inverse en laissant la caisse de transport à sa portée toute l'année. Il s'habituera à la présence de celle-ci et ne l'associera plus à un long trajet ou à une visite chez le vétérinaire.

Partir en vacances sans son chien. Comment le faire garder ?

Si vous ne pouvez l'emmener, il faudra trouver où le laisser.

Un chien qui vit généralement dehors devrait se sentir à l'aise en pension.

Si vous avez choisi un mode de garde qui implique l'éloignement de l'animal de votre domicile, pensez à préparer ses affaires. Plus il sera entouré d'objets familiers (coussin, jouet, croquettes habituelles), moins brutal sera le changement.

N'hésitez pas à effectuer une visite pour familiariser votre chien avec le lieu et ses nouvelles odeurs. Elle permettra de vous rassurer vous aussi de son bien-être.

Si votre compagnon n'apprécie pas d'être livré à lui-même, il faudra plutôt vous orienter vers un gardiennage à votre domicile ou au sein d'un foyer, avec une personne qui pourra le réconforter en cas de spleen.

Enfin, si votre chien vieillissant est fragile émotionnellement quand vous n'êtes pas là, il vaudra mieux le laisser à une personne qu'il connait.

Il n'est pas toujours évident ou possible d'emmener son chien en vacances, aussi faut-il trouver une solution pour faire garder son compagnon.

Les solutions.

  • Solliciter un ami ou de la famille habitant aux alentours.
  • Faire appel à un dog sitter, contre une rémunération.
  • La pension canine.
  • Faire du home-sitting.
  • L'échange de garde de chien gratuit entre particuliers.
  • Un ami ou un membre de la famille s'occupe de votre chien pendant votre absence.
  • Il faut qu'il soit disponible aux bonnes dates. Il n'est pas toujours évident de demander ce genre de service, qui peut être amené à se répéter.
  • Une famille d'accueil reçoit dans son foyer votre chien contre une rémunération (15€ par jour selon les services proposés). Elle a déjà des animaux et aime s'en occuper. Il est important de bien sélectionner la famille qui s'occupera de votre chien, sans hésiter à prendre le temps de faire connaissance. Le plus souvent, vous devez fournir la nourriture de votre chien.
  • Un retraité garde votre chien à votre domicile pendant votre absence contre une rémunération (15€ par jour). De nombreux sites proposent de vous faire rentrer en contact avec des retraités.
  • Le dog sitting consiste à faire appel à un dog sitter rémunéré pour ce service (15€ par jour). Le dog sitter se rend à votre domicile pour s'occuper de votre chien, le faire balader, le nourrir, jouer avec lui ... Cette formule s'est rapidement développée grâce à Internet.
  • Dans un chenil ou une pension canine (12€ par jour, selon les installations), votre chien recevra les soins nécessaires par des personnes agréées. Ces pensions proposent des installations très confortables qui lui permettront de se dépenser et de jouer. Attention, la pension canine n'est pas adaptée à tous les chiens, il faut prendre en compte son caractère. Des pensions proposent des services annexes pratiques, tel que le transport aller retour de l'animal, de votre domicile à la pension, de donner un bain à votre chien avant son départ ...
  • Le Home-sitting ou l'échange de maison, permet de faire garder votre chien en même temps que votre maison. Vous profitez de vos vacances, pendant que votre compagnon à quatre pattes reste tranquillement dans son foyer. Pour le home-sitting, il faut compter entre 30 et 100€ la semaine.
  • L'échange de garde de chien entre particuliers vous permet de faire garder votre chien d'une façon économique et très sympathique ! Vous gardez le chien d'un autre pendant ses vacances, et en contrepartie il gardera le vôtre pendant vos congés. Cette solution conviviale vous permet de laisser votre chien de façon sereine, sachant qu'il sera soigné par quelqu'un qui a les mêmes attentes que vous. La confiance demande de prendre le temps de se découvrir mutuellement lors d'une rencontre préalable à la garde alternée.

Pour terminer sur une note rassurante, sachez cependant que les chiens ont parfois moins de difficultés à s'acclimater à un nouvel environnement, que nous à les y laisser.

Ils peuvent même avoir l'occasion, s'ils s'entendent bien avec les autres chiens, de jouer avec eux et de passer, eux-aussi, de très agréables vacances.

Bonnes vacances, sans abandonner « toutou » !


Mars - Avril 2017

Chiens et toilettage !

Le toilettage pour chien est l'ensemble des soins d'hygiène de base nécessaires à votre compagnon qui a besoin d'attentions particulières et d'entretiens réguliers, que ce soit pour son confort ou sa santé.

En effet, toiletter son chien est indispensable à son bien-être.

Un toilettage quotidien est une bonne chose pour votre chien.

C'est surtout une excellente manière de créer un lien avec lui, en prenant bien soin de son pelage notamment.

Mais un toilettage chien complet comprend plusieurs autres étapes.

Le brossage

Un brossage par semaine minimum est recommandé. S'il se transforme en une séance de démêlage (nœuds trop nombreux), il faut en augmenter la fréquence. Selon la race, un brossage quotidien peut donc s'avérer utile.

Il supprime les poils morts et sales, ainsi que tous les parasites ramassés pendant la promenade.

Choisissez une brosse adaptée à sa taille et à son pelage.

Le toilettage est aussi et surtout l'occasion de vérifier les griffes, les yeux, les oreilles et les dents de votre chien.

La taille des griffes

Si votre chien marche souvent sur des surfaces dures (trottoirs par exemple), ses griffes ne seront pas trop longues. Sinon, elles doivent être taillées régulièrement pour ne pas rendre la marche inconfortable.

Demandez à un toiletteur professionnel de vous montrer comment le faire.

Un épointage mensuel est en général suffisant.

Les Yeux et les oreilles

Les yeux et les oreilles de votre chien doivent toujours être propres.

Vous pouvez nettoyer doucement la zone autour des yeux avec un coton humide.

Faites la même chose pour les oreilles car c'est une zone à ne pas négliger.

Attention cependant à ne pas entrer dedans car elles sont très sensibles.

La forme du conduit auditif (en L) peut engendrer des otites si les oreilles ne sont pas nettoyées au moins une fois par semaine.

Une lotion auriculaire permet de dissoudre le cérumen avant de le retirer délicatement avec une lingette.

Pour les chiens aux oreilles tombantes, un soin plus fréquent est nécessaire.

Ainsi, nettoyez bien l'intérieur mais aussi l'extérieur de ses oreilles, même tous les jours si besoin.

Les Dents et les gencives

Prendre soin des dents et des gencives de votre chien peut être difficile.

Le mieux est d'habituer très jeune votre chien au brossage de dents.

Utilisez des brosses à dents et des dentifrices adaptés aux chiens. 

Pour prévenir l'apparition de tartre et de ses conséquences néfastes, un brossage quotidien de quelques secondes est idéal.

Sinon, prévoyez quand même au minimum deux brossages par semaine pour une bonne hygiène bucco-dentaire.

La tonte de son pelage

Les chiens possédant des poils longs (berger allemand, terre-neuve, colley, beauceron, caniche) ont besoin d'être tondus toutes les six à huit semaines.

Les chiens avec un pelage très soyeux (comme les cockers) doivent être tondus tous les trois mois.

Chaque race est bien sûr différente, aussi demandez à votre toiletteur professionnel si vous ne savez pas.

La fréquence de toilettage varie entre 1 et 3 mois, selon la race du chien.

Vous pouvez juger par vous même en fonction de l'état du pelage (propreté et brillance notamment).

Mais une fréquence moyenne de toilettage de 2 mois reste raisonnable.

Le Toilettage du Chiot

La principale raison incitant à toiletter un chiot est de l'habituer à être manipulé. Le plus tôt est le mieux pour prendre cette habitude !

Même si le pelage du chiot n'est pas sale, un premier toilettage est idéal à 4 ou 5 mois. Cette première toilette ne comprend pas encore de bain, mais un brossage et une inspection générale des oreilles, des yeux et des dents.

L'essentiel étant donc d'habituer rapidement son chiot aux diverses manipulations du toilettage :

  • contact avec une brosse.
  • vérification de l'intérieur des oreilles.
  • nettoyage des yeux.
  • ouverture de la bouche et premier contact avec la brosse à dents, sans dentifrice toutefois.

Ensuite, vers 6 ou 7 mois, on peut procéder au premier toilettage complet.

On rajoute alors le bain et éventuellement la coupe des poils gênants (sous les coussinets, devant les yeux)...

En habituant jeune son chien au bain et autres opérations de toilettage, on facilite ces tâches pour le futur.

On voit donc bien que la fréquence du toilettage est variable d'un chien à l'autre.

Bien sûr, pour un meilleur toilettage, faites appel à un toiletteur professionnel.

Il y en a sûrement un près de chez vous, prêt à se déplacer également, comme moi par exemple !


Janvier - Février 2017

Les dangers de la promenade par grand froid.

L'hiver est arrivé et la chute des températures également.

Les chiens souffrent du froid et certains y sont plus sensibles que d'autres.

Il est temps de penser à bien les protéger.

Un froid sec est mieux supporté qu'un froid humide. Dans tous les cas, il est fortement conseillé de leur mettre un manteau ou un pull qui sont surtout recommandés pour les chiots et les chiens plus âgés.

La neige :

Les chiens aiment jouer dans la neige mais celle-ci peut s'agglomérer en petites boules au niveau du pelage et entre les coussinets. Cela peut être douloureux !

A chaque retour de promenade, il faut ainsi bien sécher votre chien (avec un sèche-cheveux éventuellement) et le rincer à l'eau entre ses coussinets.

Il est aussi recommandé de bien couper les poils entre les coussinets.

La neige peut provoquer des microcoupures au niveau des coussinets et les rendre très sensibles, notamment au sel de déneigement.

Avant de sortir votre chien dans la neige, vous pouvez lui appliquer un peu de vaseline, qui servira d'isolant thermique, au niveau des extrémités d'oreilles, de la truffe, des coussinets donc et du scrotum pour les mâles.

Si votre chien ingère de la neige, cela peut lui provoquer des douleurs abdominales, des vomissements ou des diarrhées. Il faut éviter cette ingestion !

Le sel de déneigement :

Ce sel (à base de chlorure de soude) contient aussi du magnésium, très toxique, pouvant provoquer des irritations au niveau des coussinets.

Cela peut inciter votre chien à se les lécher, aggravant les lésions, provoquant également des brûlures au niveau de la langue et de la gueule.

Sur un coussinet atteint de coupures dues à la neige ou à la glace, le sel va s'incruster dans ces plaies, déshydrater les couches cornées des coussinets et rendre l'appui douloureux.

Intoxication au sel de déneigement :

Si votre chien ingère du sel de déneigement, il peut s'intoxiquer, risquant des problèmes digestifs. Cette ingestion stimule la soif notamment et engendre ainsi une prise d'eau anormalement élevée, avec des risques de ballonnement.

Donnez-lui alors un petit repas de façon assez rapide.

L'ingestion répétée de sel de déneigement peut également provoquer des lésions au niveau des reins et du pancréas. Des symptômes neurologiques peuvent survenir.

En cas d'ingestion assez importante ou de manière répétée, consultez votre vétérinaire, car les lésions peuvent être graves.

L'antigel :

L'antigel contient de l'éthylène glycol, très toxique.

Quelques cuillères à café peuvent provoquer la mort de votre compagnon (dépression respiratoire, acidose métabolique, blocage des reins).

Merci de stocker ces produits hors de portée de vos animaux de compagnie et si, lors de manipulation, du liquide antigel se renverse sur le sol, nettoyez instantanément !

Si vous êtes témoin de l'ingestion de produit antigel par votre chien, contactez immédiatement votre vétérinaire, celui-ci a quelques heures pour éviter des lésions irréversibles, souvent fatales.

Comment sécuriser les promenades ?

Pensez bien à couper les griffes de votre chien pour qu'il ne s'accroche pas dans la neige ou sur la glace.

Les jours étant plus courts, lors de promenades dans la nuit ou le brouillard, utilisez un collier réfléchissant ou un manteau à bandes réfléchissantes pour votre chien.

Vous serez plus en sécurité et plus visibles par les conducteurs notamment.

Enfin, pour identifier votre compagnon en cas de perte, je vous conseille d'inscrire sur son collier : un nom, un numéro de téléphone et une adresse en plus, bien sûr, du tatouage.

Après ces conseils et malgré le froid, bonne promenade !